C’est l’une des mesures proposées par l’institut Vias dans un mémorandum publié avant les élections

Près de 7 conducteurs de moins de 35 ans sur 10 sont favorables à la tolérance zéro en matière d’alcool pour les conducteurs novices. Ils ne considèrent donc pas du tout cette mesure comme stigmatisante. C’est l’une des 10 mesures reprises par l’institut Vias dans un mémorandum publié aujourd’hui en préambule des élections afin d’améliorer la sécurité routière. Outre la tolérance zéro pour les jeunes conducteurs, l’institut Vias plaide notamment en faveur de l’obligation du port du casque pour les jeunes cyclistes et de l’interdiction des avertisseurs de radars.

En 2010, notre pays a formulé l’objectif de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes, à savoir maximum 420 tués par an à l’horizon 2020. En dépit d’une baisse significative (615 tués en 2017, soit une diminution de 32%), nous n’atteindrons pas cet objectif. Pour relancer la mécanique et sauver de nouvelles vies, l’institut Vias propose 10 solutions concrètes reprises dans un mémorandum publié aujourd’hui et étayé par une enquête sur la popularité des principales mesures de sécurité routière.

7 jeunes conducteurs sur 10 pour la tolérance zéro en matière d’alcool

Parmi ces mesures, la tolérance zéro en matière d’alcool au volant pour les conducteurs novices semble couler de source. 17 pays européens l’ont d’ailleurs déjà adoptée. En Belgique, on en parle depuis plusieurs années, mais les détracteurs de cette mesure avancent le fait qu’elle serait stigmatisante pour les jeunes conducteurs. En fait, c’est tout le contraire : les jeunes eux-mêmes la demandent, ainsi qu’en attestent les résultats d’une grande enquête menée par l’institut Vias.

7 conducteurs belges de moins de 35 ans sur 10 (69%) sont favorables à l’instauration de la tolérance zéro en matière d’alcool pour les conducteurs novices. Ceci démontre que les jeunes conducteurs sont conscients que l’alcool peut avoir un effet particulièrement négatif sur leur comportement au volant et qu’il est logique, quand on vient d’avoir son permis, de s’abstenir totalement de boire. Si on prend l’ensemble de la population belge, ils sont 80% à être partisans de la tolérance zéro pour les conducteurs débutants, soit un score plus élevé que la tolérance zéro pour l’ensemble des conducteurs (58%).

8 Belges sur 10 partisans du port obligatoire du casque pour les enfants à vélo

Depuis longtemps, l’institut Vias estime que le port du casque devrait être obligatoire pour les enfants à vélo. 82% des Belges sont en faveur de cette mesure. C’est la mesure de sécurité routière la plus populaire. La plupart des accidents impliquant des cyclistes sont des chutes sans qu’aucun véhicule motorisé ne soit impliqué. Dans un accident grave sur 3, le cycliste souffre d’une lésion à la tête ou au cerveau. Mais pour les enfants de 0 à 14 ans, il s’agit carrément d’1 accident sur 2.

Avis partagés concernant l’interdiction des avertisseurs de radars

L’institut Vias défend par ailleurs l’interdiction des avertisseurs de radars. En effet, le fait de renseigner tous les endroits de contrôle, même mobile, porte préjudice à la sécurité routière car cela procure à certains conducteurs le sentiment d’être intouchables. Les personnes qui utilisent des avertisseurs de radars reçoivent d’ailleurs plus de P-V pour excès de vitesse que les autres conducteurs, preuve que ce système est loin d’être infaillible. Les Belges sont vraiment partagés quant au bien-fondé de cette mesure. En effet, 3 Belges sur 10 (30%) sont pour, 4 sur 10 y sont opposés (42%) et un grand groupe (28%) n’a pas d’avis sur la question.

Voici les 10 mesures concrètes proposées afin d’améliorer la sécurité routière dans notre pays :

1.       Tolérance zéro en matière d’alcool pour les conducteurs débutants et les motards.

2.       Port du casque obligatoire pour les enfants à vélo jusqu’à l’âge de 14 ans.

3.       Contrôles vitesse plus efficaces.

4.       Infrastructure routière plus sûre.

5.       Interdiction des avertisseurs de radars qui indiquent la présence de contrôles mobiles.

6.       Sanctions plus rapides et plus appropriées pour les contrevenants routiers.

7.       Généralisation de la zone 30 au centre des villes et villages.

8.       Approche intégrée des soins des victimes de la route.

9.       Instauration d’une analyse salivaire en matière de drogues au volant.

10.     Clarification des règles pour faciliter l’automatisation des véhicules

Points d’attention pour la mobilité

Dans son mémorandum, l’institut Vias a également identifié 10 défis à relever pour améliorer notre mobilité. En effet, notre volume de trafic augmente chaque année d’environ 1% et les embouteillages du matin et du soir sont de plus en plus importants. Une approche globale des files structurelles et de la saturation de notre réseau routier s’impose. Il est primordial de trouver des alternatives sensées à la voiture. A cet égard, des transports en commun de qualité et de nouvelles formes de mobilité urbaine sont indispensables. Mais les embouteillages ne constituent pas le seul défi sur le plan de la mobilité. Ainsi, l’institut Vias demande également d’accorder une attention particulière à la qualité de vie dans les villes et les villages et à la mobilité des seniors et des personnes à mobilité réduite. A l’avenir, tout le monde doit être en mesure de se déplacer rapidement, confortablement et en sécurité dans la circulation.

Karin Genoe, CEO de l’institut Vias : « Nous ne voulons pas faire de la figuration et uniquement constater ce qui ne tourne pas rond dans la circulation. Notre mission consiste également à formuler des propositions concrètes en vue d’améliorer la sécurité routière. Non seulement la mise en place de ces mesures réduira le nombre de victimes de la route mais elle induira aussi un changement durable de comportement et de mentalité. C’est d’une importance vitale si nous voulons, à l’avenir, nous déplacer rapidement, confortablement et en sécurité ».

Le mémorandum de l'institut Vias peut être consulté ici: https://www.vias.be/fr/recherche/publications/memorandum-2019/