12 ans et 16 ans sont les âges « à risque »

Selon une nouvelle analyse statistique de l’institut Vias, près de 4 enfants sur 10 impliqués dans un accident avec tués ou blessés le sont sur le chemin de l'école. Deux âges sont particulièrement à risque : entre 11 et 12 ans, le risque d’être impliqué dans un accident augmente de 80% ; entre 15 et 16 ans, la hausse est de plus de 60%. Toutes tranches d’âge confondues, le risque d’accident est le plus élevé pour les jeunes garçons de 16 ans. A l'aube de la rentrée, il est donc utile de rappeler quelques conseils.

Chaque jour, 14 enfants impliqués dans un accident sur le chemin de l’école

Entre 2015 et 2019, en moyenne plus de 2500 enfants ont été victimes d’un accident de la route chaque année sur le chemin de l’école, soit 14 par jour. En 2019, ce nombre a baissé de 13% par rapport à 2015 mais proportionnellement, nous n’observons pas d’évolution : près de 4 enfants sur 10 impliqués dans un accident avec tués ou blessés le sont sur le chemin de l'école.

12 ans et 16 ans : les deux âges à risque, surtout pour les garçons

C’est à 12 ans et 16 ans que le risque d’être impliqué dans un accident sur le chemin de l’école augmente le plus. Ainsi, entre 11 et 12 ans, le risque d’être impliqué dans un accident augmente de 80% ; entre 15 et 16 ans, de plus de 60%.

A 12 ans, beaucoup d’enfants commencent à se rendre seuls à l’école et n’ont pas toujours acquis les réflexes adéquats face à certaines situations à risque, d’où la nécessité de les préparer à faire le grand saut. A 16 ans, l’adolescent se tourne parfois vers d’autres modes de transport (ex. : scooter) et adopte un comportement plus à risque, y compris vis-à-vis des autres usagers.

Toutes tranches d’âge confondues, le risque d’accident est le plus élevé pour les jeunes garçons de 16 ans. On dénombre alors 340 victimes par 100.000 habitants, soit 2 fois plus qu’à 14 ans et 4 fois plus qu’à 10 ans. De manière générale, les garçons sont beaucoup plus impliqués dans les accidents que les filles. Ainsi, à 16 ans, le risque est près de 45% plus élevé pour un jeune garçon que pour une jeune fille.

La sortie des classes plus dangereuse que le début des cours

On dénombre un tiers de victimes (34%) en plus lors de la sortie des classes qu'au début des cours. Le jeudi et le vendredi soir sont en particulier plus accidentogènes. On y recense 40% de victimes en plus que le lundi matin. La fatigue et l'euphorie de la fin des cours jouent certainement un rôle à cet égard.

En voiture en Wallonie ; à pied à Bruxelles et à vélo en Flandre

En Wallonie, près de 40% des 3-18 ans victimes d’un accident sur le chemin de l’école l’ont été en tant que passagers de voiture, soit 3 fois plus qu’à Bruxelles et en Flandre. A Bruxelles, c’est surtout en tant que piétons (64%) que les enfants sont victimes d’un accident ; en Flandre, c’est principalement en tant que cyclistes (51%).

Seuls à l’école ? Oui mais à partir de quel âge ?

Les parents se demandent souvent à quel âge ils peuvent laisser leur enfant aller seul à l’école. En fait, cela dépend d’une multitude de facteurs tels que l’environnement routier, le trafic (rare ou dense, lent ou rapide…), la maturité de l’enfant, son expérience de la rue... Des études ont néanmoins montré qu’avant 8-9 ans, les enfants ne sont pas capables de faire face à toutes les situations de circulation, notamment au moment de la traversée. Il ne faut donc pas surestimer l’enfant.

Conseils pratiques pour les parents

Si l’enfant va à l’école à pied

1.    Parcourez le trajet avec lui avant qu'il ne le fasse seul. Montrez-lui les endroits qui peuvent présenter un danger: entrées de garage et de parkings, allées, etc.

2.    Apprenez-lui à traverser correctement, c’est-à-dire pas en courant et après avoir établi un contact visuel avec le conducteur pour être certain d’avoir été vu.

3.    Insistez sur la nécessité de partir bien à temps pour ne pas devoir courir en chemin.

Si l’enfant va à l’école à vélo

1.    Exercez-vous plusieurs fois à faire le trajet de l’école

2.    Vérifiez qu'il est capable de rouler seul: arrive-t-il à regarder derrière lui et à lever le bras tout en gardant sa trajectoire, évalue-t-il correctement la vitesse des véhicules ?

3.    Veillez à ce que votre enfant soit toujours bien visible et demandez-lui de porter un casque.

Si l’enfant est conduit à l’école en voiture

1.    Si votre enfant mesure moins d’1,35m, transportez-le toujours dans un siège-auto adapté.

2.    Partez toujours bien à temps pour éviter de devoir vous dépêcher en cours de route.

3.    Garez-vous de manière réglementaire, même si ce n'est que pour deux minutes. Une voiture mal stationnée peut empêcher un enfant qui veut traverser de bien voir et d'être vu.

Pour les parents d’adolescents

1.    Beaucoup de jeunes utilisent des écouteurs, ce qui les coupe des bruits de la circulation. Conseillez-leur de les enlever temporairement ou d’être très vigilants lorsqu’ils traversent la chaussée.

2.    En descendant du bus, il est recommandé d’attendre qu’il soit parti avant de traverser. En effet, traverser juste derrière ou devant le bus risque de surprendre les conducteurs.

3.    Insistez pour qu’ils partent à l’heure de la maison le matin. En étant en retard, ils risquent de prendre des risques inconsidérés et de se mettre en danger.

Personne de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 02/244.15.34 ou 0476/24.67.20

×

      Vias institute souhaite utiliser des cookies sur son site web pour améliorer (cookies fonctionnels) et analyser (cookies analytiques) votre navigation. En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation de ces cookies à ces fins. Cependant, vous pouvez ajuster vos préférences en matière de cookies via le bouton « Régler vos préférences ». Nous utilisons également des cookies qui sont nécessaires au fonctionnement du site web et que vous ne pouvez pas refuser. Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés.
          Ces cookies augmentent le confort d’utilisation d'un site web en mémorisant vos choix (p. ex. préférences linguistiques, région, login).
          Ces cookies recueillent des données sur la performance d'un site web comme le nombre de visiteurs ou le temps que les visiteurs passent sur une page web.

          Ces cookies peuvent être placés par les annonceurs sur notre site web. Ils peuvent être utilisés par ces entreprises pour établir le profil de vos intérêts et vous montrer des annonces pertinentes sur ce site web ou d'autres sites web. Ils ne stockent pas directement d'informations personnelles, mais ils sont basés sur des identifiants uniques de votre navigateur et de votre dispositif Internet. Si vous n'autorisez pas ces cookies, vous verrez moins de publicités qui vous sont destinées.