En prévision des Etats Généraux de la Sécurité Routière du 23 novembre prochain, les citoyens avaient été invités à donner leur opinion en participant à des enquêtes ou à des tables rondes organisées un peu partout en Belgique. Au total, plus de 5500 enquêtes ont été complétées et plus de 100 citoyens ont participé aux tables rondes, preuve du grand intérêt des citoyens vis-à-vis de la sécurité routière. Les conclusions des débats avec les citoyens formeront la base de nouvelles recommandations en matière de sécurité routière.

Le Ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet, l'Institut Vias et le SPF Mobilité et Transports ont organisé une enquête citoyenne autour de trois thèmes: ​

  • la cohabitation sur la route : l’objectif est de pacifier autant que possible nos routes, de viser une saine cohabitation entre les différents modes de transport. ​
  • les comportements à risque : les mesures spécifiques visant à lutter contre les principaux comportements qui contribuent à créer l’insécurité routière.​
  • les contrôles, les sanctions, l'accompagnement et la formation : les suites à donner lorsque des infractions sont commises.​

Plus de 5500 participants

Au cours de la période juillet-octobre 2021, les citoyens avaient l'opportunité de participer à une enquête ces trois thèmes, ce que plus de 5500 personnes ont fait, preuve du grand intérêt voué à la sécurité routière. Les résultats préliminaires de ces enquêtes ont été pris en compte lors de l'organisation de panels de citoyens en septembre. Ils ont eu lieu à Anvers, Bruxelles, Gand, Louvain, Namur et Liège et ont rassemblé près de 100 participants au total. ​Entre-temps, la plateforme all-for-zero.be reste ouverte et il est donc possible de continuer à donner ses idées ou de consulter celles des autres citoyens.

Parmi les idées proposées, il a notamment été question:

  • d'un rafraichissement périodique des connaissances sur le code de la route;
  • de plus de contrôles ciblés et avec recours à des outils technologiques;
  • de retravailler le code de la route afin de clarifier les règles pour les trottinettes et autres engins de déplacement;
  • de plus de protection pour les usagers vulnérables / actifs
  • d'un meilleur contrôle sur les comportements inadaptés, y compris pour les usagers actifs (cyclistes)

Des experts se penchent actuellement sur les propositions émises afin de créer un plan fédéral pour la sécurité routière visant à tendre vers le seul objectif humainement acceptable: 0 décès sur nos routes.

Selon Georges Gilkinet, Ministre fédéral de la Mobilité : « Nous avons rencontré de nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens engagés lors de ces panels « All for zero », en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie. Pour sauver des vies, il faut unir nos forces. Autorités, associations, citoyens… Je suis convaincu qu’il y a plus dans dix têtes que dans une. Et j’ai pu me rendre compte lors de mon passage à Anvers et Namur que les idées étaient nombreuses. Sur cette base mais aussi sur la base des idées reçues des spécialistes de la sécurité routière que nous avons rencontrés, je finalise à présent le Plan Fédéral de Sécurité Routière et prépare les Etats Généraux de la Sécurité Routière, qui fêteront leurs 20 ans cette année. Chaque mort ou blessé de la route est un de trop. Trouver la façon de protéger chacun, particulièrement le plus fragile, c’est à aussi ça faire de la mobilité une liberté. »

20e anniversaire des Etats Généraux

En 2001, les Etats Généraux de la Sécurité Routière avaient été créés à la demande des Parents d'Enfants Victimes de la Route (PEVR) afin de rassembler les forces vives en matière de sécurité routière et de déterminer des objectifs à atteindre. Ce moment de rencontre et de débat accessible à tout le monde a fait de la Sécurité Routière une question de société. 20 ans plus tard, de nombreuses vies ont été sauvées grâce à la mobilisation, la bienveillance et la solidarité de tout le pays. Mais il nous reste un long chemin à parcourir pour y parvenir: en 2019, 644 personnes sont décédées dans un accident de la circulation, soit loin au-dessus de l'objectif de 420 tués maximum fixés à l'horizon 2020.

Personnes de contact:

Benoit GODART, porte-parole institut Vias: 0476/24.67.20

Benoit RAMACKER: directeur communication G. Gilkinet: 0475/94.06.55

×

      Vias institute souhaite utiliser des cookies sur son site web pour améliorer (cookies fonctionnels) et analyser (cookies analytiques) votre navigation. En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation de ces cookies à ces fins. Cependant, vous pouvez ajuster vos préférences en matière de cookies via le bouton « Régler vos préférences ». Nous utilisons également des cookies qui sont nécessaires au fonctionnement du site web et que vous ne pouvez pas refuser. Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés.
          Ces cookies augmentent le confort d’utilisation d'un site web en mémorisant vos choix (p. ex. préférences linguistiques, région, login).
          Ces cookies recueillent des données sur la performance d'un site web comme le nombre de visiteurs ou le temps que les visiteurs passent sur une page web.

          Ces cookies peuvent être placés par les annonceurs sur notre site web. Ils peuvent être utilisés par ces entreprises pour établir le profil de vos intérêts et vous montrer des annonces pertinentes sur ce site web ou d'autres sites web. Ils ne stockent pas directement d'informations personnelles, mais ils sont basés sur des identifiants uniques de votre navigateur et de votre dispositif Internet. Si vous n'autorisez pas ces cookies, vous verrez moins de publicités qui vous sont destinées.