Tous les 3 ans, l’institut Vias mesure le comportement des Belges en matière d’alcool au volant

D’après la toute nouvelle mesure de comportement de l’institut Vias, en moyenne 1,9% des conducteurs circulent en Belgique avec une alcoolémie supérieure à la limite légale autorisée. C’est le taux le plus bas jamais atteint depuis 2003. Mais il varie très fortement en fonction du moment de la semaine. Ainsi, les nuits de semaine et de week-end, respectivement 10,7% et 12,6% des conducteurs conduisent sous l’emprise de l’alcool, soit 9 fois plus qu’aux Pays-Bas par exemple. La tendance la plus préoccupante concerne les nuits de semaine : le pourcentage de conducteurs positifs a été multiplié par 3 ces 10 dernières années !

Depuis 2003, l’institut Vias mesure le comportement des Belges en matière d’alcool au volant. Pour en avoir une idée objective et représentative, les conducteurs sont aléatoirement soumis à des contrôles alcool par la police à n’importe quel moment de la journée et de la nuit. Au total, plus de 6.100 conducteurs ont été contrôlés pour cette édition.

Près de 2% des conducteurs au-dessus de la limite légale autorisée

En moyenne, 1,9% des automobilistes belges conduisent avec un taux d’alcool dépassant la limite légale autorisée. Ce pourcentage est en baisse par rapport à la précédente édition de 2015 (2,7%) et représente un niveau plancher jamais atteint. Une comparaison à plus long terme montre toutefois qu’il n’y a guère d’évolution. Ainsi, en 2005, 2% des conducteurs étaient en moyenne positifs.

                        Evolution de la conduite sous l’influence de l’alcool chez les automobilistes

1 conducteur sur 10 positif les nuits de semaine ; 1 sur 8 les nuits de week-end

Le pourcentage de conducteurs sous l’influence de l’alcool dépend fortement du moment de la semaine. Les jours de semaine, en moyenne 0,4% des conducteurs sont positifs ; les jours de week-end, 1,2%. Par contre, ces pourcentages explosent littéralement la nuit. Ainsi, plus d’1 conducteur sur 10 (10,7%) roule en étant au-dessus de la limite légale les nuits de semaine et près d’1 conducteur sur 8 (12,6%) les nuits de week-end. La tendance la plus préoccupante concerne les nuits de semaine : le pourcentage de conducteurs positifs a été multiplié par 3 (de 3,6% à 10,7%).

Même si le taux de conducteurs positifs est faible en journée, le nombre élevé de véhicules sur la route à ce moment-là fait que le risque de croiser des conducteurs sous l’emprise de l’alcool est bien présent.  Il est donc important de mener des actions de contrôles aussi pendant la journée.

Evolution de la conduite sous l’influence de l’alcool chez les automobilistes en fonction de la période de la semaine

 

2,1% de conducteurs positifs : un niveau plancher atteint en Wallonie

En Flandre, le pourcentage de conducteurs positifs est de 1,7%. En Wallonie, il s’élève à 2,1% en moyenne, ce qui constitue une évolution favorable par rapport à la dernière mesure de comportement de 2015 puisque 3,9% des conducteurs wallons conduisaient alors sous l’emprise de l’alcool.

4,5 fois plus d’hommes positifs que de femmes

En moyenne, 2,8% des hommes reprennent le volant sous l’influence de l’alcool contre 0,6% chez les femmes. Le fait que les hommes conduisent davantage que les femmes en état d’ivresse est d’autant plus dommageable pour la sécurité routière qu’ils roulent plus souvent en voiture que les femmes.

Les 26-39 ans les plus à risque

Le nombre de conducteurs positifs baisse dans toutes les catégories d’âge, à l’exception des 26-39 ans, en hausse quasi constante depuis 2005. Aujourd’hui, 3,1% d’entre eux prennent le volant sous l’influence de l’alcool, soit 2 fois plus que les jeunes de 18 à 24 ans (1,5%) et 2,5 fois plus que les conducteurs de plus de 55 ans (1,2%). Les 40-54 ans se situent à un niveau intermédiaire (1,7% de positifs).

Plus d’1 conducteur sur 8 en provenance d’un restaurant est positif

Les conducteurs qui reviennent d’une sortie au restaurant (13%) ou dans un café (10%) sont les plus fréquemment sous l’influence de l’alcool. Mais la tendance la plus marquante concerne les conducteurs qui reviennent du travail : le pourcentage de conducteurs positifs a plus que doublé depuis la dernière mesure (de 1,1% à 2,6%).

Conclusion

La bonne nouvelle de cette mesure de comportement est que le pourcentage de conducteurs sous l’influence de l’alcool a atteint un niveau plancher (1,9%). Une grande majorité de la population a bien compris les dangers liés à l’alcool au volant et évite de combiner conduite automobile et consommation d’alcool. Un bémol toutefois : si ce résultat est en baisse par rapport aux 3 dernières éditions, on a peu progressé à plus long terme puisqu’on avait déjà quasiment atteint ce niveau il y a un peu moins de 15 ans. Autre source de préoccupation : les nuits de semaine, le pourcentage de conducteurs positifs a été multiplié par 3 ces 10 dernières années. Un accroissement des contrôles alcool pendant cette période de la semaine semble donc indispensable pour infléchir cette tendance. 

 

Personne de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 0476/24.67.20