Phénomène préoccupant: la hausse du nombre d'accidents avec un cyclomoteur          

Selon le dernier baromètre de la sécurité routière de l’institut Vias, le nombre de tués sur les routes1 a légèrement baissé au cours du premier semestre de 2021 par rapport à la même période en 2020 (3 tués en moins). La Wallonie a toutefois mieux tiré son épingle du jeu que la Flandre: le nombre de tués y a baissé de 20% atteignant un seuil historiquement bas. En Flandre, ce nombre a grimpé de 24%. Le nombre d'accidents avec tués ou blessés est, lui, en hausse: +12%. Il est toutefois difficile de comparer les 1ers semestres de 2020 et 2021 vu les restrictions de déplacements plus strictes l'an dernier. Phénomène préoccupant: la hausse importante du nombre d'accidents avec un cyclomoteur: +39% !

Tendance radicalement différente en Wallonie et en Flandre au niveau du nombre de tués

Le nombre de tués a baissé sur les routes belges au cours des 6 premiers mois de l’année: -2% par rapport à 2020 (soit 183 tués au lieu de 186). Les tendances sont toutefois diamétralement opposées entre la Flandre et la Wallonie: diminution de 20% en Wallonie et hausse de 24% en Flandre.

En revanche, le nombre d'accidents est en hausse (de 13.890 à 15.518, soit + 12%), ainsi que le nombre de blessés (de 16.908 à 18.758, soit + 11%).

Pour les accidents, les tendances sont à la hausse dans les 3 Régions: de 3824 à 4441 en Wallonie (+16%), de 8585 à 9509 en Flandre (+11%) et de 1481 à 1568 à Bruxelles (+6%).

Le nombre de tués à un niveau historiquement bas dans 3 provinces wallonnes

Si toutes les provinces wallonnes sont concernées par la baisse du nombre de tués, c’est dans la province de Hainaut qu’elle est la plus importante (de 32 à 23 tués). Sur les 5 provinces wallonnes, 3 atteignent un niveau historiquement bas: le Brabant wallon, le Hainaut et Namur. Le nombre d’accidents est, quant à lui, en hausse dans toute la Wallonie sauf dans le Brabant wallon (-0,7%).

Un mois de juin meurtrier

Cette année, le mois de juin était synonyme d'allègement des mesures avec, notamment, la réouverture du secteur Horeca. Cet adoucissement a eu des répercussions sur la sécurité routière puisqu'on a recensé 4 tués supplémentaires en Wallonie et… 14 en Flandre par rapport à la même période en 2020, essentiellement des automobilistes.

Tendances suivant le type d'usager

Hausse du nombre de tués dans les accidents avec une camionnette

Au niveau national, le nombre de tués a augmenté le plus dans les accidents impliquant une camionnette (de 16 à 25 tués). On retrouve aussi cette tendance en Wallonie où le nombre de tués est en baisse pour toutes les catégories d'usagers, sauf pour les accidents avec une camionnette (de 4 à 9 tués). La baisse la plus significative concerne les occupants de voiture: de 54 à 42 tués. Tendance totalement inverse en Flandre où le nombre de tués est en hausse pour toutes les catégories d'usagers, sauf chez les motards (de 14 à 13 tués).

Hausse du nombre d’accidents avec un conducteur de cyclomoteur

Entre 2011 et 2020, le nombre d'accidents impliquant un conducteur de cyclomoteur avait baissé de 55%. De manière assez surprenante, ce nombre est reparti à la hausse au cours des 6 premiers mois de l'année: +39%. Avec 1602 accidents, il faut remonter à 2016 pour trouver un chiffre aussi élevé. C'est, de loin, la catégorie d'usagers pour laquelle le nombre d'accidents a le plus augmenté. Et cette augmentation n'est pas liée au succès des "speed pedelecs": sur les 1517 victimes, seuls 123 (soit 8%) en utilisaient un. De plus en plus de personnes semblent se tourner vers ce mode de transport, en particulier dans les grandes villes, ce qui pourrait expliquer la hausse du nombre d'accidents.

En Wallonie, on observe une hausse du nombre d'accidents pour toutes les catégories d'usagers, sauf chez les cyclistes (-7%).

Conclusion

Il est très difficile de comparer le 1er semestre de 2021 avec celui de 2020. Les restrictions en vigueur étaient en effet plus strictes l'an dernier. Si la tendance générale reste positive en ce qui concerne le nombre de tués, la hausse importante des victimes en Flandre, due notamment à un mois de juin très meurtrier, est préoccupante. En effet, on s'oriente petit à petit vers une reprise totale des activités et ces assouplissements ne doivent pas mener à un relâchement sur les routes.

Autre point d'attention: la hausse du nombre d'accidents impliquant un conducteur de cyclomoteur. Une analyse plus détaillée sera nécessaire pour en savoir plus sur les circonstances dans lesquelles ces accidents sont survenus.

 

L'ensemble du baromètre se trouve sur http://www.vias.be/fr/recherche/barometre-de-la-securite-routiere

 

Personne de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 02/244.15.34 ou 0476/24.67.20

×

      Vias institute souhaite utiliser des cookies sur son site web pour améliorer (cookies fonctionnels) et analyser (cookies analytiques) votre navigation. En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation de ces cookies à ces fins. Cependant, vous pouvez ajuster vos préférences en matière de cookies via le bouton « Régler vos préférences ». Nous utilisons également des cookies qui sont nécessaires au fonctionnement du site web et que vous ne pouvez pas refuser. Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés.
          Ces cookies augmentent le confort d’utilisation d'un site web en mémorisant vos choix (p. ex. préférences linguistiques, région, login).
          Ces cookies recueillent des données sur la performance d'un site web comme le nombre de visiteurs ou le temps que les visiteurs passent sur une page web.

          Ces cookies peuvent être placés par les annonceurs sur notre site web. Ils peuvent être utilisés par ces entreprises pour établir le profil de vos intérêts et vous montrer des annonces pertinentes sur ce site web ou d'autres sites web. Ils ne stockent pas directement d'informations personnelles, mais ils sont basés sur des identifiants uniques de votre navigateur et de votre dispositif Internet. Si vous n'autorisez pas ces cookies, vous verrez moins de publicités qui vous sont destinées.