En Wallonie, le risque est le plus élevé dans la province de Luxembourg                

Selon une nouvelle enquête de l’institut Vias, 6 Belges sur 10 ont déjà dû un jour souffler dans un éthylotest. 1 personne sur 3 a même été contrôlée au cours de ces 3 dernières années. Si le risque de se faire contrôler est un peu moins élevé en Wallonie qu’en Flandre, la province de Luxembourg se démarque des autres : plus de 3 conducteurs sur 4 déclarent avoir déjà dû souffler. C’est le pourcentage le plus élevé de toute la Belgique !

Quasi 24h avant le 1er Réveillon, il est bon de rappeler le message de la campagne en cours : « Bob = 100% sobre ». L’an dernier, 1 accident sur 5 impliquait un conducteur sous l’influence de l’alcool à Noël ; 1 sur 3 le jour de l’An !

 6 Belges sur 10 ont déjà été contrôlés

A la question « Avez-vous déjà subi un contrôle alcool ?», 60% des conducteurs belges répondent positivement. Le risque est le plus élevé en Flandre : 65% y ont été contrôlés (contre 54% en Wallonie et 40% à Bruxelles). Les hommes sont plus nombreux à avoir dû souffler (69%) que les femmes (50%). 1 personne sur 3 a subi un contrôle alcool au cours de ces 3 dernières années.

 Le Luxembourg, meilleur élève

C’est dans la province de Luxembourg que le pourcentage de conducteurs ayant déjà été contrôlés est le plus élevé : plus de 3 conducteurs sur 4 (77%) disent avoir soufflé un jour dans un éthylotest. C’est le pourcentage le plus élevé sur l’ensemble du pays. La moitié d’entre eux (49%) ont même déjà été contrôlés plusieurs fois (contre seulement 35% au niveau national). Du côté wallon, le moins bon élève est le Brabant wallon (48% de personnes contrôlées).

 La nuit sur autoroute à Liège

Seules 7% des personnes interrogées ont été contrôlées lors d’un trajet sur autoroute. Cette proportion est toutefois nettement plus importante pour les habitants de la province de Liège : 16%. Les périodes pendant lesquelles les conducteurs ont été contrôlés sont, dans l’ordre, la journée en semaine (42%), suivie par les nuits de week-end (24%), les jours de week-end (20%) et les nuits de semaine (14%). La province wallonne où le plus de contrôles sont effectués la nuit est Liège : un contrôle sur 3 (33%).

Comportement des conducteurs : les femmes meilleures élèves

Moins d’1 Belge sur 2 (46%) déclare ne pas boire du tout d’alcool avant de prendre le volant. Dans ce domaine, les femmes sont meilleures élèves (55% ne boivent pas) que les hommes (38%).

Seulement 5% des conducteurs affirment essayer d’éviter les contrôles alcool. Les jeunes conducteurs (de moins de 34 ans) sont toutefois presque le double à le faire (9%), surtout via les réseaux sociaux.

La tolérance zéro ? Bof

L’opinion publique est très partagée quant à la possibilité d’instaurer la tolérance zéro en matière d’alcool au volant : 48% sont pour ; 43% sont contre. Le pourcentage de partisans est un peu plus important en Flandre (50%) qu’en Wallonie (45%).

Conclusion

Lors de la campagne Bob d’hiver de l’an dernier en Wallonie, le pourcentage de conducteurs sous l’influence de l’alcool était le plus faible dans la province de Luxembourg (2,45%). Ce n’est pas un hasard. En effet, cette enquête montre que le risque de se faire contrôler y est précisément le plus élevé.

A quelques heures du réveillon de Noël, il est bon de rappeler qu’en 2017, 4210 accidents avec tués ou blessés ont impliqué au moins un conducteur sous l’influence de l’alcool, ce qui représente 1 accident environ toutes les deux heures. L’an dernier, plus d’1 accident sur 5 (21%) impliquait un conducteur sous l’influence de l’alcool le jour de Noël ; 1 sur 3 (33%) le jour de l’An.

Les conducteurs qui subiront un contrôle positif en cette fin d’année risquent une amende salée mais aussi de se voir imposer l’installation d’un éthylotest antidémarrage en cas d’alcoolémie supérieure à 1,8‰. Bref, « Bob = 100% sobre ».