13% d’entre eux ne sont même pas du tout attachés

Seuls 23% des enfants de moins d’1,35m sont correctement attachés en voiture. Pire encore, 13% des enfants ne le sont pas du tout. Voilà notamment ce qui ressort d’une nouvelle étude de grande envergure menée par l’institut Vias. Et pourtant, les dispositifs de retenue réduisent le risque de blessures mortelles de 70% pour les bébés de moins de 1 an et de 55% pour les enfants de 1 à 4 ans. Chaque année, près de 5000 parents reçoivent par ailleurs une amende de 174 euros pour avoir enfreint la législation sur les sièges-autos.

Tous les 3 ans, l’institut Vias réalise une mesure nationale sur l’utilisation conforme des sièges-autos. Pour cette 3e édition, plus de 1000 enfants ont été observés à travers le pays afin de voir comment ils étaient transportés. Les conducteurs ont également dû répondre à un questionnaire en vue d’obtenir des informations sur les facteurs influençant la façon dont ils attachaient leurs enfants.

Moins d’1 enfant sur 4 correctement attaché

Moins d’1 enfant sur 4 (23%) est correctement attaché et transporté dans un siège adapté à son poids et sa taille. Le pourcentage d’enfants correctement attachés est légèrement supérieur à Bruxelles (26%) par rapport à la Wallonie (24%) et surtout la Flandre (21%).

La moitié des enfants (50%) sont installés dans un siège conforme mais ne sont pas correctement attachés. 1 enfant sur 7 (14%) voyage dans un siège non adapté à sa taille ou son poids, la moitié d’entre eux n’est, qui plus est, pas correctement attachée.

Plus consternant encore : 13% des enfants ne sont carrément pas attachés. Ce pourcentage inclut tant les enfants qui ne voyagent pas dans un dispositif de retenue que les enfants installés dans un dispositif de retenue, mais qui ne sont pas attachés.

 

 5 facteurs qui influencent l'utilisation correcte des sièges-autos

  • Petits trajets = danger

Sur des parcours réguliers et courts, inférieurs à 10 km, le pourcentage d’enfants attachés correctement dans le dispositif approprié est plus faible que pour les trajets plus longs.

  • Les sièges face à la route et les rehausseurs problématiques

Les dispositifs de retenue dont une utilisation non conforme a été le plus souvent détectée sont les sièges face à la route et le rehausseur avec dossier. La gravité des conséquences d’une collision dans laquelle l’enfant est impliqué est la plus élevée quand seule la ceinture est utilisée pour attacher l’enfant.

  • Danger à l’arrière au milieu

On relève un plus grand pourcentage d’utilisation inappropriée des sièges-autos sur le siège arrière central. Ceci est dû au fait qu’il n’y a pas toujours suffisamment de place pour un dispositif de retenue pour enfants.  

  • Les grands-parents bons élèves

Le pourcentage d’utilisation non conforme est beaucoup plus élevé quand l’enfant est transporté par une autre personne que par les (grands-)parents. De plus, on n’a observé aucun enfant transporté par les grands-parents, qui n’était pas attaché dans le siège ou dont celui-ci n’était pas fixé.

  • Le conducteur montre l’exemple

Comme dans d'autres domaines de la sécurité routière, les enfants sont fortement influencés par l'exemple venu des "plus grands". Ainsi, une proportion plus élevée d’enfants ne sont pas correctement attachés lorsque le conducteur ne la boucle pas lui-même.

3/4 des personnes interrogées estiment avoir bien attaché leur enfant

77% des personnes interrogées pensaient transporter leur enfant correctement dans un siège conforme. Dès lors, nombreux sont ceux à ne pas être au courant que leur enfant n’est pas correctement attaché.

Lorsqu’ils ont été explicitement confrontés à la mauvaise utilisation de leur siège, les raisons suivantes ont été le plus souvent invoquées : inattention ou manque de temps (20%), l’enfant s’attache lui-même ou ne se laisse pas faire (18%) et ignorance quant à l’installation correcte du siège-auto (14%).

Ne pas bien attacher son enfant : quelles conséquences ?

Pour quelques cas de mauvaise utilisation (ceinture tournée par exemple), l’impact sur la sécurité est évidemment moins conséquent que lorsque la ceinture suit un trajet complètement erroné. Chez plus d’un tiers des enfants, un mauvais usage nuit tellement à l’efficacité du dispositif de retenue pour enfants que l’enfant encourt des lésions graves voire mortelles en cas d’accident.

Lorsque l’enfant n’est pas du tout attaché, les conséquences sont souvent très lourdes. En cas de collision à une vitesse de 50 km/h, l’impact correspond à 35 fois le poids de la personne. Un enfant de 25kg se transforme en une masse de quasi une tonne. Une collision à une vitesse de 50 km/h est comparable à une chute de 10m environ, soit près de 3 étages ! Bref : ne pas attacher son enfant en voiture revient à le laisser jouer sur un balcon sans garde-fou.

Que dit la loi ?

« Les enfants de moins de 18 ans et de moins d’1,35m doivent être transportés dans un dispositif de retenue pour enfants qui leur est adapté ». Depuis janvier 2013, toute personne qui enfreint cet article commet une infraction du 3e degré, passible d’une perception immédiate de 174€. En 2016, 4940 P-V ont été distribués (contre 4781 en 2015, soit une hausse de 3%).

Conclusion

Les dispositifs de retenue pour enfants réduisent le risque de blessures mortelles de 70 % pour les bébés de moins de 1 an et de 55 % pour les enfants de 1 à 4 ans. Malgré cette redoutable efficacité, seuls 23% des enfants sont correctement attachés. Pour améliorer la situation à l’avenir, l’institut Vias a émis quelques recommandations. Parmi celles-ci, un mode d’emploi clair avec des symboles est un premier pas pour éviter les mauvaises installations. La diffusion accrue d’informations sur l’utilisation conforme de dispositifs de retenue pour enfants est également indispensable, notamment dans les commerces spécialisés. Enfin, certaines installations non conformes sont dues au fait que les parents ne prennent pas le temps ou que le trajet est de courte distance, par exemple. Il faut dès lors continuer de les sensibiliser aux risques encourus en cas d’accident et renforcer les contrôles de police.

 

10 conseils pour ne plus commettre d’erreur en attachant son enfant

1.    Informez-vous à temps du type de siège adapté à votre enfant. Les sièges-autos sont homologués soit suivant le poids soit suivant la taille.

2.    Avant l’installation, lisez attentivement la notice d’utilisation.

3.    Veillez toujours à ce que le siège soit orienté dans la bonne direction. Pour les sièges-bébés, ça veut dire dos à la route.

4.    Assurez-vous que la ceinture suive le bon « trajet ».

5.    La ceinture ne peut pas non plus être tournée, elle perd ainsi de sa résistance.

6.    Si vous avez la possibilité de choisir un système ISOFIX, n’hésitez pas. Les sièges qui en sont équipés sont plus faciles à installer. 

7.    Veillez à ce qu’il n’y ait pas trop de jeu au niveau des sangles, un gros centimètre maximum. La ceinture doit également être bien tendue partout.

8.    Faites en sorte que les sangles ou la ceinture passent bien au-dessus de l’épaule, et donc pas derrière le dos ou sous l’aisselle.

9.    N’attachez pas votre enfant uniquement pour de longs trajets. Un accident peut aussi survenir lors de courts trajets.

10. Si votre enfant s’attache-lui même, vérifiez s’il l’a fait correctement.

 

Plus d’ infos sur la manière d’attacher les enfants en voiture sur http://bit.ly/2ENGyTL.

Plus d’ infos sur la manière d’attacher les bébés en voiture sur http://bit.ly/2sFVNsL.

Les infos sont également reprises sur www.enfantsenvoiture.be.  

 

Personne de contact :

Benoit Godart (porte-parole de l’institut Vias) : 0476/24.67.20.