Pour la première fois, ces risques ont pu être quantifiés               

Pour un usager vulnérable, le risque de blessures mortelles augmente de 50% s'il est heurté par un véhicule de 1800 kg par rapport à un véhicule de 1200 kg. De même, le risque de blessures graves est 10% plus élevé si l'usager vulnérable est heurté par un véhicule de 200 CV par rapport à un même modèle de 120 CV. Voilà quelques résultats de la nouvelle étude de l'institut Vias qui a, pour la première fois, croisé la base de données des accidents avec celle des immatriculations. L'objectif était notamment d'identifier les caractéristiques des véhicules qui aggravent l'impact des accidents pour les piétons et les utilisateurs de deux-roues.

Pour cette étude de grande ampleur, tous les accidents entre 2017 et 2020 ont été analysés. Son objectif est d'établir un lien entre la gravité des blessures des usagers vulnérables et, d'une part, les caractéristiques des voitures et, d'autre part, d'autres caractéristiques comme l'âge des personnes impliquées dans les accidents ou la luminosité.

Caractéristiques intrinsèques aux véhicules

Le poids du véhicule, facteur prépondérant

L'une des principales conclusions de cette étude est l'impact considérable du poids du véhicule sur les usagers vulnérables en cas d'accident. Ainsi, leur risque de blessures mortelles augmente de 50% s'ils sont heurtés par un véhicule dont le poids est de 1800kg au lieu de 1200 par exemple.

Le risque de blessures mortelles des usagers vulnérables augmente avec:

Poids du véhicule

+ 135kg

+ 405 kg

+ 575 kg

+ 985kg

Risques

+ 10%

+ 33%

+ 50%

+ 100%

Entre 2000 et 2020, le poids moyen d'une voiture a augmenté de 140 kg pour atteindre 1400 kg[1] environ. Concrètement, cela signifie qu'aujourd'hui, si aucun progrès n'avait été réalisé en matière de sécurité active, un piéton ou un cycliste heurté par une voiture courrait en moyenne 10% de risques supplémentaires d'être tué qu'il y a 20 ans.

L'âge et la puissance du véhicule ont aussi un impact

Autres caractéristiques des voitures qui ont un impact sur la gravité des blessures des piétons ou des utilisateurs de deux-roues en cas d'accident: l'âge et la puissance. Plus une voiture est vieille, plus le risque de blessures graves augmente. Heurté par une voiture de 10 ans, par exemple, le risque de blessures graves d'un usager vulnérable augmente de 4% par rapport à une voiture de 5 ans.

Même constat pour la puissance: heurté par une voiture de 200 CV, le risque de blessures graves augmente de 10% en comparaison avec une voiture de 120 CV.

Le risque de blessures graves des usagers vulnérables augmente avec:

l'âge du véhicule

+ 5 ans

Risque

+ 4%

la puissance

+ 80 CV

Risque

+ 10%

Facteurs externes aux véhicules

Age de l'automobiliste et âge de l'usager vulnérable

L'âge moyen d'un automobiliste impliqué dans un accident est de 45 ans; celui d'un usager vulnérable, 37 ans. Or plus l’automobiliste est âgé, plus la probabilité pour l’usager vulnérable d’être mortellement blessé diminue. Ainsi, le risque de blessures mortelles pour un piéton ou un utilisateur de deux-roues baisse de 12% s'il est heurté par un automobiliste de 30 ans plutôt que par un conducteur de 20 ans.

En revanche, plus l’usager vulnérable est âgé, plus sa probabilité d’être mortellement blessé augmente. Il court 2 x plus de risques de risques supplémentaires de perdre la vie à 57 ans qu'à 37 ans.

Motards / cyclistes

Lorsqu’il est heurté par une voiture, le risque d’être mortellement blessé est 126% plus élevé pour un motard que pour un cycliste.

Limitations de vitesse

Pour un usager vulnérable, le risque d’être mortellement blessé est 4 fois plus élevé lorsqu'il est heurté par une voiture dans une zone limitée à 50 km/h par rapport à une zone 30; il est 30 fois plus élevé dans une zone limitée à 90 km/h par rapport à une zone 30.

Luminosité

En cas de collision avec une voiture, le risque de blessures mortelles pour un usager vulnérable est presque 6 fois plus élevé la nuit sans éclairage public que le jour.

Types de collisions

Le risque de blessures mortelles pour un utilisateur de deux-roues motorisé est 3 à 4 fois plus élevé en cas de collision « frontale » avec une voiture qu’en cas d’accident « latéral ».

Conclusion

D'un côté, les voitures sont de plus en plus sûres grâce à la multiplication des systèmes de sécurité passive et active; d'un autre côté, le poids de certains modèles contrecarrent en quelque sorte ces avancées technologiques. Ce phénomène risque d'avoir un effet négatif sur la mortalité des usagers vulnérables à l'avenir. C'est pourquoi leur protection doit être un enjeu majeur de la politique de sécurité routière de ces prochaines années.

[1] Chiffres publiés par l'Agence de la Transition Ecologique (ADEME).

×

      Vias institute souhaite utiliser des cookies sur son site web pour améliorer (cookies fonctionnels) et analyser (cookies analytiques) votre navigation. En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation de ces cookies à ces fins. Cependant, vous pouvez ajuster vos préférences en matière de cookies via le bouton « Régler vos préférences ». Nous utilisons également des cookies qui sont nécessaires au fonctionnement du site web et que vous ne pouvez pas refuser. Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés.
          Ces cookies augmentent le confort d’utilisation d'un site web en mémorisant vos choix (p. ex. préférences linguistiques, région, login).
          Ces cookies recueillent des données sur la performance d'un site web comme le nombre de visiteurs ou le temps que les visiteurs passent sur une page web.

          Ces cookies peuvent être placés par les annonceurs sur notre site web. Ils peuvent être utilisés par ces entreprises pour établir le profil de vos intérêts et vous montrer des annonces pertinentes sur ce site web ou d'autres sites web. Ils ne stockent pas directement d'informations personnelles, mais ils sont basés sur des identifiants uniques de votre navigateur et de votre dispositif Internet. Si vous n'autorisez pas ces cookies, vous verrez moins de publicités qui vous sont destinées.