Il y a eu plus de cyclistes tués en Wallonie qu’en Flandre !           

Selon le dernier baromètre de la sécurité routière de l’institut Vias, le nombre de tués sur les routes a augmenté au cours du premier trimestre de 2019 par rapport à la même période de 2018 (+13%). Cette hausse survient après 4 années de baisse consécutives. Le nombre d’accidents est également en hausse : +2%. Les tendances diffèrent quelque peu en fonction des Régions. Ainsi, on a dénombré 14 tués en plus en Wallonie alors que ce nombre a quasi stagné en Flandre et à Bruxelles. A noter qu’il y a eu plus de cyclistes tués sur les routes wallonnes que sur les routes flamandes alors que le nombre de deux-roues est nettement plus élevé au nord du pays.

Tous les indicateurs en hausse au niveau national

Le nombre de tués a augmenté sur nos routes au cours des 3 premiers mois de l’année: +13% par rapport à 2018 (soit 121 tués au lieu de 107). Cette hausse survient après 4 années de baisse consécutives.

Le nombre de blessés est également en hausse (de 10.458 à 10.622, soit +2%), ainsi que le nombre d'accidents (de 8299 à 8494, soit +2%). Tous les indicateurs sont donc à nouveau en hausse.

Evolution 2018-2019 du nombre d'accidents corporels et de victimes pendant le 1er trimestre

 

 

1er trimestre 2018

 

1er trimestre 2019

Évolution 2018-2019

 (nombres)

Évolution 2018-2019

%

Accidents corporels

8.299

8.494

+ 195

+ 2,3%

Total victimes

10.565

10.743

+ 178

+ 1,7 %

Tués

107

121

+ 14

+ 13,1%

Blessés

10.458

10.622

+ 164

+ 1,6 %

Source des données: Police fédérale/DGR/DRI/BIPOL - Infographie: institut Vias

Evolution contrastée dans les Régions

Le nombre de tués a quasiment stagné en Flandre (de 58 à 59 tués) et à Bruxelles (de 4 à 3 tués), mais il a fortement augmenté en Wallonie (de 45 à 59 tués, soit + 31%). Au total, on a donc dénombré autant de tués en Flandre qu’en Wallonie (59 tués).

L’évolution est plus ou moins comparable pour ce qui est des accidents. Leur nombre est en légère hausse dans les 3 Régions : de 2400 à 2423 en Wallonie (+1%), de 5037 à 5206 en Flandre (+3%) et de 862 à 865 à Bruxelles (+0,3%).

Début d’année particulièrement mortel dans la province de Hainaut

Le nombre de tués connaît la plus forte hausse dans la province de Hainaut (de 14 à 23 tués), mais il augmente également dans les autres provinces wallonnes, sauf dans le Brabant wallon (de 5 à 4 tués). Dans le Hainaut, ce sont les deux-roues (cyclistes et motards) et les occupants de voiture qui ont payé le plus lourd tribut à la route.

Assez paradoxalement, c’est dans la province du Brabant wallon que le nombre d’accidents a augmenté le plus (+ 7,5%). La seule province dans laquelle ce nombre diminue est Liège (-3,5%) qui atteint un niveau historiquement bas.

Tendances suivant le type d'usager

Hausse importante du nombre d’accidents de deux-roues

Le nombre d'accidents augmente uniquement pour les deux-roues : +20% pour les cyclistes, +10% pour les cyclomotoristes et +7% pour les motards. Il est par contre en baisse pour les autres catégories d’usagers. En Wallonie, l’augmentation du nombre d’accidents impliquant un cycliste est particulièrement impressionnante (de 88 à 134, soit +52%).

Plus de cyclistes tués en Wallonie qu’en Flandre

Alors que le nombre d’accidents impliquant un cycliste est en hausse, ces accidents ont été moins mortels (de 17 à 12 tués). Mais une tendance assez remarquable se dégage : il y a eu plus de cyclistes tués en Wallonie (7) qu’en Flandre (5), alors que le nombre de cyclistes est nettement plus élevé au nord du pays.

Par contre, on enregistre une hausse du nombre de tués pour toutes les autres catégories d’usagers, surtout chez les motards (+7 tués) et les occupants de voiture (+7 tués).

 

Hausse du nombre de tués les nuits de week-end

Le nombre de tués pendant les nuits de week-end avait atteint un niveau plancher en 2018 mais il est reparti à la hausse en ce début d’année 2019 (de 7 à 20 tués). Il a également augmenté les journées de week-end (de 17 à 25 tués).

 

Nombre historiquement bas d’accidents avec un jeune conducteur

Le nombre d’accidents corporels impliquant un jeune automobiliste (18-24 ans) a encore diminué (‑4%) en 2019. C’est la 5e année consécutive à la baisse, ce qui nous permet d’atteindre un niveau plancher au 1er trimestre 2019. Le nombre de tués dans ce type d’accidents a légèrement augmenté (de 14 à 17), mais une analyse sur les 10 dernières années montre une baisse de plus de 47% du nombre de tués dans les accidents impliquant un jeune conducteur (de 32 à 17) !

 

Conclusion

Les résultats du baromètre de la sécurité routière montrent une évolution négative lors des 3 premiers mois de l’année par rapport à la même période de 2018. L’évolution du nombre de tués en Wallonie est particulièrement préoccupante. C’est surtout la sécurité des deux-roues qui semble poser problème. Ces chiffres préoccupants doivent toutefois être pris avec précaution étant donné qu’ils se rapportent à une période de seulement 3 mois et leur évolution, parfois saccadée, complique l’interprétation des résultats.

 

 

L'ensemble du baromètre se trouve sur http://www.vias.be/fr/recherche/barometre-de-la-securite-routiere

 

Personnes de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 02/244.15.34 ou 0476/24.67.20

Martin de Brabant – porte-parole du Ministre F. Bellot - 0499/18.27.62