L’objectif du projet MyLAC – coordonné conjointement par l’Institut Vias et par la Fédération européenne des Victimes de la Route (FEVR) – est d’obtenir une meilleure compréhension des conséquences sur le plan humain des collisions non-mortelles de la route.  Il s’agit d’une étude rétrospective internationale qui visait à étudier les conséquences des blessures occasionnées lors d’accidents de la route suivant différentes perspectives (médicales, psychologiques, sociales et économiques.

En dépit de la baisse significative du nombre de tués et de blessés dans la circulation au cours des vingt dernières années en Europe (59.400 tués sur la route en Europe en 1996 contre 26.000 en 2015 ; Commission européenne, 2016), l’on ignore encore beaucoup de l’impact des accidents pour les personnes concernées.  En outre, de nombreux efforts doivent encore être fournis pour identifier les facteurs et mécanismes susceptibles d’améliorer la qualité de vie des personnes blessées et de leurs familles, ainsi que la qualité des mesures publiques.

L’étude a été traduite dans 15 langues et réalisée dans 20 pays de l’UE avec la collaboration de nombreux partenaires locaux dans chacun des pays participants (associations de victimes de la route, organisations routières et pour la sécurité routière dont le but est de soutenir les victimes de la circulation et de leur offrir des solutions par exemple). Au total, plus de 40 institutions et près de 800 victimes de la route ont pris part à cette étude.

L’intégralité du rapport final du projet MyLAC a été publié en mai 2018 est accessible ici.

Certains résultats spécifiques pour le sous-échantillon belge ont par ailleurs été publiés dans un dossier thématique de l’institut Vias : Meunier, J.C. & Dupont E. (2017).  Dossier thématique sécurité routière 10. Conséquences des accidents de la route pour les victimes. Bruxelles, Belgique : Institut Belge pour la Sécurité Routière – Centre de connaissance.