En revanche, les accidents ont été beaucoup plus graves pendant le confinement     

Selon le dernier baromètre de la sécurité routière de l’institut Vias, le nombre de tués sur les routes1 a baissé au cours du premier trimestre de 2020 par rapport à la même période en 2019 : -6%. Le nombre d’accidents a également diminué : -12%. Ces diminutions sont imputables au confinement même si celui-ci n’a impacté que 2 semaines sur 13. En effet, sans confinement, le nombre de tués sur les routes aurait stagné et le nombre d’accidents aurait augmenté de 2%. Autre constat : les accidents qui ont eu lieu pendant le confinement ont été deux fois plus mortels qu’avant cette période. L’institut Vias appelle donc à la prudence au cours des semaines à venir. Le trafic reste moins dense et incite certains conducteurs à appuyer un peu trop sur l’accélérateur, ce qui a évidemment des conséquences néfastes sur la sécurité routière.

Tous les indicateurs en baisse au niveau national

Le nombre de tués a baissé sur nos routes au cours des 3 premiers mois de l’année: -6% par rapport à 2019 (soit 108 tués au lieu de 115).

Le nombre de blessés est également en baisse (de 10.665 à 9148, soit -14%), ainsi que le nombre d'accidents (de 8492 à 7452, soit -12%). Tous les indicateurs sont donc à la baisse.

Evolution contrastée dans les Régions

Le nombre de tués a diminué en Flandre (de 54 à 46 tués) et en Wallonie, mais de manière moins prononcée (de 58 à 55 tués). A Bruxelles, par contre, ce nombre a augmenté (de 3 à 7 tués). Certes, ce sont de très petits chiffres et on ne peut pas tirer de conclusions sur la base d’un seul trimestre, mais l’évolution n’est pas positive pour l’instant.

En ce qui concerne le nombre d’accidents avec tués ou blessés, la tendance est à la baisse pour les 3 Régions: de 2420 à 2112 en Wallonie (-13%), de 5211 à 4521 en Flandre (-13%) et de 861 à 819 à Bruxelles (-5%).

Des accidents 2 fois plus mortels pendant le confinement

Les accidents qui se sont produits pendant le confinement ont été 2 fois plus mortels qu’avant cette période. On a enregistré 26 tués par 1000 accidents pendant la 2e partie du mois de mars, contre 12 pendant les 15 premiers jours. Conséquence : sur l’ensemble du trimestre, les accidents n’avaient plus été aussi graves depuis 2013. La densité du trafic nettement moindre pendant les deux semaines de confinement a apparemment incité certains conducteurs à appuyer un peu trop fort sur l’accélérateur.

Début d’année particulièrement mortel dans la province de Hainaut

Sur l’ensemble de la Belgique, seules deux provinces connaissent une hausse du nombre de tués : Namur (de 8 à 10) et surtout le Hainaut (de 21 à 26). Dans le Hainaut, ce sont surtout les occupants de voiture qui ont payé le plus lourd tribut à la route (de 11 à 16).

Le nombre d’accidents est, lui, en baisse dans toutes les provinces. La diminution la plus importante est enregistrée dans la province de Luxembourg (-19%).

Tendances suivant le type d'usager

Baisse du nombre de tués parmi les piétons et les cyclistes

Le nombre de tués a fortement baissé parmi les piétons (de 24 à 16), les cyclistes (de 12 à 5), ainsi que dans les accidents impliquant une camionnette (de 12 à 6). Il n’a pas évolué pour les automobilistes (54 tués) et est en hausse pour tous les autres types d’usagers, en particulier les conducteurs de cyclomoteurs (de 2 à 6).

Baisse du nombre d’accidents pour toutes les catégories d’usagers

Le nombre d'accidents baisse fortement pour toutes les catégories d’usagers, en particulier pour les motards (-22%), les automobilistes (-18%) et les piétons (-18%).

Inquiétante hausse du nombre de tués sur autoroute

Malgré les deux semaines de confinement du 1er trimestre, le nombre de tués dans des accidents sur autoroute n’a jamais été aussi élevé sur les 10 dernières années : 28 contre 25 en 2019.

Conclusion

Les résultats du baromètre de la sécurité routière pour le 1er trimestre 2020 ont évidemment été impactés par les deux semaines de confinement au cours desquelles les déplacements étaient fortement limités. Sans le confinement, le nombre de tués aurait stagné et le nombre d’accidents aurait augmenté de 2%. Bref, la tendance est moins positive que les chiffres ne le laissent penser.

La tendance la plus préoccupante concerne la gravité des accidents. La densité de trafic est moindre et certains conducteurs en profitent pour prendre plus de risques. Il se peut que le trafic reste plus fluide pendant quelques semaines encore et c’est pourquoi l’institut Vias appelle tous les conducteurs à la plus grande prudence. En effet, la vitesse reste la cause numéro un des accidents et joue un rôle dans un accident mortel sur 3.

L'ensemble du baromètre se trouve sur http://www.vias.be/fr/recherche/barometre-de-la-securite-routiere

 

Personne de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 02/244.15.34 ou 0476/24.67.20

 

×

      Vias institute souhaite utiliser des cookies sur son site web pour améliorer (cookies fonctionnels) et analyser (cookies analytiques) votre navigation. En cliquant sur « J'accepte », vous acceptez l'utilisation de ces cookies à ces fins. Cependant, vous pouvez ajuster vos préférences en matière de cookies via le bouton « Régler vos préférences ». Nous utilisons également des cookies qui sont nécessaires au fonctionnement du site web et que vous ne pouvez pas refuser. Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Vous trouverez plus d'informations sur nos cookies dans notre règlement relatif à la vie privée.

          Ces cookies sont nécessaires au fonctionnement du site web et ne peuvent pas être désactivés.
          Ces cookies augmentent le confort d’utilisation d'un site web en mémorisant vos choix (p. ex. préférences linguistiques, région, login).
          Ces cookies recueillent des données sur la performance d'un site web comme le nombre de visiteurs ou le temps que les visiteurs passent sur une page web.

          Ces cookies peuvent être placés par les annonceurs sur notre site web. Ils peuvent être utilisés par ces entreprises pour établir le profil de vos intérêts et vous montrer des annonces pertinentes sur ce site web ou d'autres sites web. Ils ne stockent pas directement d'informations personnelles, mais ils sont basés sur des identifiants uniques de votre navigateur et de votre dispositif Internet. Si vous n'autorisez pas ces cookies, vous verrez moins de publicités qui vous sont destinées.