Il est par contre en augmentation à Bruxelles

Selon le dernier baromètre de la sécurité routière de l’institut Vias, le nombre de tués sur les routes[1] a sensiblement diminué au cours des 9 premiers mois de 2017 par rapport à la même période en 2016: -11%. Il atteint un niveau historiquement bas dans notre pays ! Le nombre d’accidents corporels est également en baisse: -6%. Notons toutefois une hausse du nombre de tués dans les accidents de la route en Région bruxelloise (+3 tués).

Tous les indicateurs en baisse au niveau national

Le nombre de tués sur place a fortement baissé sur nos routes au cours des 9 premiers mois de l’année: -11% par rapport à la même période de 2016 (soit 363 tués sur place au lieu de 407). Il s’agit d’un niveau historiquement bas.

Le nombre de blessés est également en diminution (de 38.165 à 35.735, soit -6%), ainsi que le nombre d'accidents (de 29.681 à 27.966, soit -6%). Tous les indicateurs sont à un niveau plancher jamais atteint depuis la création du baromètre de la sécurité routière.

Régions : hausse du nombre de tués à Bruxelles

Le nombre de tués a davantage régressé sur les routes flamandes (de 202 à 168 tués, soit -17%) qu’en Wallonie (de 198 à 185, soit -7%). La Flandre atteint un niveau historiquement bas, tandis que la Wallonie avait déjà fait mieux en 2014. Par contre, le nombre de tués sur les routes bruxelloises est passé de 7 à 10. Quant aux accidents et aux blessés, ils sont en baisse dans les 3 Régions.

Provinces : hausse du nombre de tués à Namur et dans le Hainaut

En Wallonie, deux provinces enregistrent une hausse du nombre de tués: le Hainaut (de 56 à 63 tués) et la province de Namur (de 38 à 44). A Namur, c’est la troisième année consécutive que le nombre de tués augmente au cours des 9 premiers mois de l’année. En Flandre, seule la province d’Anvers connaît une augmentation du nombre de tués. Quant au nombre d’accidents, il diminue dans toutes les provinces sauf à Liège (+1%) et dans le Brabant wallon (+2,5%).

Tendances suivant le type d'usager

Beaucoup moins d’accidents de cyclos…

Le nombre d'accidents diminue pour toutes les catégories d’usagers, sauf ceux impliquant un camion (+1%). Cette hausse est toutefois plus importante en Wallonie: +6%. La baisse la plus importante concerne les accidents avec un cyclo (-14%).

… mais des accidents de cyclos beaucoup plus graves

Alors que le nombre d’accidents impliquant un cyclo n’a jamais été aussi bas, le nombre de tués dans ces accidents est passé de 7 à… 16 ! Ils sont donc beaucoup plus graves qu’avant. Le nombre de tués dans un accident avec un piéton est également en hausse (de 44 à 47 tués). A l’inverse, c’est le nombre de tués dans les accidents impliquant une voiture qui a le plus diminué (de 209 à 175 tués).

Pas de baisse du nombre d’accidents les nuits de semaine

Le nombre d’accidents baisse de manière plus importante le week-end et les jours de semaine (-6%). Par contre, il stagne les nuits de semaine (+0,1%). Pour ce qui est du nombre de tués, la diminution est beaucoup plus importante le week-end (-31 tués) qu’en semaine (-13 tués).

Jamais eu aussi peu de jeunes tués dans les accidents

Le nombre d’accidents impliquant un jeune automobiliste (18-24 ans) a diminué de 9% et le nombre de tués dans ces accidents de 12%. Ces deux indicateurs atteignent un niveau record. Sur un plus long terme, le nombre de jeunes tués dans la circulation a baissé de plus de 50% ces 10 dernières années ! C’est la tendance positive la plus notable de l’ensemble du baromètre.

Conclusion

Les résultats provisoires pour les 9 premiers mois de l’année montrent une évolution très positive de la sécurité sur nos routes par rapport à la même période en 2016. L'évolu­tion des accidents et des blessés est favorable ; celle du nombre de tués sur place l’est davantage encore, confirmant la tendance déjà observée pour l’ensemble de l’année 2016. Il faudra attendre les résultats des 3 derniers mois de l’année pour tirer des conclusions définitives mais l’objectif visant à réduire de moitié le nombre de tués sur les routes en 2020 ne paraît plus si irréaliste.

Pour le ministre de la Mobilité François Bellot: « Ces résultats sont certes encourageants mais nous ne devons pas pour autant nous reposer sur nos lauriers. Par rapport aux pays voisins, par exemple, nous accusons encore un certain retard. De nombreux efforts devront encore être fournis pour atteindre l’objectif de 420 tués maximum sur les routes en 2020. Pour y arriver, nous avons notamment fait de la lutte contre la récidive et la conduite sous l’influence de l’alcool l’une de nos principales priorités ».

 

L'ensemble du baromètre se trouve sur http://www.vias.be/fr/recherche/barometre-de-la-securite-routiere

 

Personnes de contact:

Benoit GODART, porte-parole Institut Vias: 02/244.15.34 ou 0476/24.67.20

Mélisa BLOT, porte-parole F. Bellot: 0471/44.92.49

[1] Il s’agit ici du nombre de tués sur place. Il faudra ajouter le nombre de personnes décédées dans les 30 jours suivant l’accident pour obtenir le nombre total de tués sur nos routes.